Pierre Miceli

Offre de stage de Social Media Manager sur Montpellier

montpellier, social media, stage
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Email this to someone
Social Media Kapital est un cabinet de conseils spécialisé dans les medias sociaux. Il accompagne les entreprises dans l’élaboration et l’implémentation de stratégie social media et stratégie digitale. Parallèlement, le cabinet assure des formations medias sociaux à travers la structure « Medias Sociaux Academy ». Dans ce cadre-là, le cabinet recherche un stagiaire Social Media Manager pour un stage de 6 mois. Le poste est à pourvoir dès le mois de septembre 2013 dans la région de Montpellier.

Missions principales du stage de Social Media Manager

Le stagiaire épaulera le consultant senior social media et participera aux différentes tâches suivantes :
          Participation à la définition de stratégies et programmes medias sociaux
          Définition et  gestion de campagnes publicitaires Facebook
          Support et animation de page Facebook
          Création de profils Twitter, Youtube, Slideshare, Linkedin etc
          Production de reporting medias sociaux
          Gestion administrative des formations medias sociaux
          Veille et monitoring medias sociaux / utilisation d’outils de veille
          Sourcing et détection d’influenceurs blogueurs
          Analyses, synthèses et recommandations

Profil recherché du stagiaire Social Media Manager

Le candidat devra être à l’aise avec l’utilisation d’internet. Des documents devront être rédigés en anglais, il est donc nécessaire d’avoir un niveau d’anglais correct. Les compétences principales recherchées :
          Passionné par les médias sociaux et à l’affût des dernières nouveautés (FB, Youtube etc), donc présence déjà effective sur les médias sociaux (blog, twitter, linkedin etc)
          Capacité à travailler sur plusieurs sujets en parallèle
          Réactif, autonome, inventif
          Fort esprit d’initiative
          Connaissance en html, développement FB et photoshop (ou équivalent) sont un plus

Modalités de stage Social Media Manager

          Stage à pourvoir dès septembre 2013 sur Sète ou Montpellier dans l’Hérault

          Envoyer CV + lettre motivation à contact@someka.fr
Laura

Intervenir caché sur les réseaux sociaux ? cas d’école MMA

Non classé
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+4Email this to someone

De faux profils médias sociaux peuvent créer de vrais problèmes !

 

anonymatSi certains utilisateurs zélés des réseaux sociaux se soucient de la bonne utilisation de ces outils et suivent des formations afin de parfaire leur connaissances du web 2.0 et ne commettre aucun impair dans leurs utilisations ; d’autres… et bien ma foi… d’autres ne semblent pas du tout se poser ce type de problématique.

 

 

C’est du moins le cas de cet ancien employé MMA qui a créé une fausse fiche Viadéo de son ancien supérieur hiérarchique, Mr Eric R. Directeur National du Réseau MMA Cap.

 
Dans cette fiche, les propos tenus étaient incontestablement diffamatoires :
« je suis un gros con, un lâche, un broute cul, pour arriver à mon poste, je me suis soumis aux ardeurs de tous mes patrons, les PD” (Présentation)
“je n’ai pas d’amis car je suis le seul à. accepter la sodomie comme ascenseur social” (Etudes) “broute cul, mma » (Expérience)
“mma (…) Une entreprise pourrie dans laquelle je m’épanouie car les patrons recrute des collaborateurs moins compétents qu’eux et qui acceptent la sodomie. J’y suis heureux car je peux harceler à ma guise. De la merde”

 

Ce qui est intéressant dans cet arrêt, c’est qu’il démontre l’absolue nécessité de la législation française d’évoluer sur un point : le délai de prescription en matière de diffamation. A la lecture de l’arrêt, nous constatons que le défendeur a failli s’en tirer à bon compte.

 

Une législation trop ancienne et non adaptée aux médias sociaux ?

En effet, la législation portant sur la prescription de propos diffamatoires date de la loi sur la liberté de la presse (29 juillet 1881 article 1965). Si elle était pertinente à l’époque, les propos tenus par voie de presse, sur support papier, étaient « oublié » au bout de 3 mois, il n’en est rien pour la publication sur Internet où les propos reste gravés dans le numérique.
En l’occurrence, le demandeur fut « chanceux » puisque le défendeur avait mis à jour la fiche Viadéo, modification qui fut interprétée comme une nouvelle publication par le juge et valait départ du délai de prescription.

 

Quid de toutes les autres publications médias sociaux datant de plus de 3 mois ? L’impunité ?

Certes non, il est toujours possible d’agir en vertu des dispositions générales du code civil sur le « droit au respect de la vie privé » (article 9) mais il est nécessaire de créer un dispositif législatif plus efficace portant sur une reconnaissance du droit à l’oubli.
Gageons que très prochainement, le législateur nous donnera satisfaction sur ce point.

Laura

Du bon, du beau, du neuf !

legal
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+1Email this to someone

Comment accrocher immédiatement l’œil du consommateur ? En créant un packaging beau, rassurant et alléchant.

Les entreprises ne s’y trompent pas ! Et quand certaines mettent toute leur énergie inventive dans la création d’un packaging innovant, d’autres… plagient.
Plus simple, certes, mais plus risqué ! C’est ce qu’a appris à ses dépens la Société Aarti récemment condamnée par la Cour d’Appel de Versailles pour s’être fortement inspirée d’une boite de thé Christmas Tea de chez Damman Frères.

thé-damman
La frontière entre simple « inspiration » et « plagiat » étant mince, le juge français se réfère à deux critères pour déterminer si il y a contrefaçon ou pas :

  • il apprécie les ressemblances et non les différences. Ainsi, même si l’une des boites est ronde, l’autre carré ; l’une en métal et l’autre en bois, dès lors qu’il existe de nombreux points commun (les polices de caractères, le décor, les couleurs verte et rouge…) la contrefaçon est caractérisée.
  • le risque de confusion : la marque ne doit pas réutiliser l’ADN visuel d’un concurrent, dans le but d’attirer sa clientèle, sous peine de se voir condamner pour concurrence déloyale.

 

En conclusion, soyez créatif, et si l’inspiration vous fait défaut, sachez plagiez avec discrétion et subtilité !

CA Versailles, 12e ch., 20 nov. 2012, n° 10/04275, Sté Dammann Frèresc/ Sté Aarti, source :www.lamyline.fr

Pierre

La Medias Sociaux Academy présente au salon DEV-PRO le 28 février

Formation
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn2Share on Google+0Email this to someone

La Medias Sociaux Academy expose au salon DEV-pro

salon dev-pro

Qu’est ce que le salon DEV-PRO ?

  • Ce salon de la formation continue et professionnelle DEV-PRO accueille salariés et responsables RH les 27 et 28 février afin de découvrir les toutes dernières solutions RH à leur portée pour mieux maîtriser leur potentiel humain.
  • Les OPCA interviendront en conférence de contenu pour apporter leur expertise en matière de formation professionnelle et de formation continue. Ainsi, les visiteurs pourront repartir avec un vrai bagage pour leur plan de formation.

 

Venez nous rendre visite, vous serez accueilli avec sourire et café chaud !

 

 

Pierre

Nouveautés 2013 de la Medias Sociaux Academy

Formation
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn1Share on Google+0Email this to someone

Nouvelle année rime avec nouveaux programmes de formation !

Suite à une demande croissante, la Medias Sociaux Academy a décidé d’ajouter 2 nouvelles formations à son arc :

 

Formation de Marketing Digital Manager 2.0

Une formation complète et pratique

Cette formation a été définie spécialement pour les personnes désirant évoluer vers le rôle de Marketing Digital Manager. Grâce à ce cursus de 28h, le stagiaire fait le point sur les concepts clés liés au marketing digital, et réalise également des exercices pratiques utiles à une bonne assimilation.

Une formation méthodique et globlale

 L’objectif de cette formation n’est pas de vous faire expert en référencement payant ou en création de blog, le but de cette formation est de vous fournir les clés du  marketing digital 2.0 afin de définir de manière organisée et méthodique un plan marketing digital global et intégré.

Une organisation simple et optimisée

  • la formation est INDIVIDUELLE : vos cas réels seront revus en toute transparence
  • la formation s’organise sur 14 webinaires de 2 heures
  • 9 exercices sont prévus entre les sessions
  • pas de déplacement, ni de frais supplémentaire avec les webinaires

 

De nombreux ateliers pratiques sur les médias sociaux

Twitter, Linkedin, Facebook, Wikipédia, Slideshare, Viadeo, Youtube, WordPress, Pinterest… Tout est possible avec  la Medias Sociaux Academy

Des ateliers d’une journée 100% pratique

  • un ordinateur fourni si vous n’en n’avez pas
  • une journée de mise en pratique et de conseils concrets
  • vous repartirez avec des pages, profils créés

Des ateliers sur Toulouse, Montpellier, Paris et Marseille

  • 4 villes sont pour le moment sélectionnées pour ces ateliers pratiques
  • Si une demande particulière se fait ressentir, nous organiserons d’autres ateliers dans des villes supplémentaires

 

 

Pierre

Créer une page entreprise sur Linkedin – webinaire gratuit

Webinaires
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn10Share on Google+0Email this to someone

Webinaire gratuit : créer une page entreprise sur Linkedin

 

 
La Medias Sociaux Academy vous propose un webinaire gratuit sur la création d’une page Linkedin Entreprise le 12 février 2013.

 

 

Avoir un profil Linkedin optimisé est nécessaire pour développer sa visibilité et celle de son entreprise : cela permet une meilleure « approchabilité » des prospects et partenaires, et cela crédibilise l’expertise et les compétences.

 

D’un point de vue corporate, la page entreprise de Linkedin est un élément supplémentaire pour asseoir cette visibilité.

 

La page entreprise de Linkedin permet de :

  • définir une fiche entreprise claire et engageante
  • présenter les offres de produis et de service
  • de personnaliser l’approche avec des photos et vidéos
  • d’ajuster les offres en fonction du profil des visiteurs
  • etc

Pierre

La Medias Sociaux Academy accueille Laura Lardy, juriste droit emarketing et réseaux sociaux

Formation, legal
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn5Share on Google+3Email this to someone

De nouvelles compétences viennent étoffer l’offre de formation de la Medias Sociaux Academy.

 

Laura Lardy, spécialiste du droit emarketing et réseaux sociaux rejoint la Medias Sociaux Academy. Laura est juriste et fondatrice du site web Connaitremesdroits.fr, également membre de Mampremeneurs et GirlsinWeb.

L’utilisation des médias sociaux pour l’entreprise est désormais incontournable, et il convient d’avoir toutes les clés légales pour développer une stratégie optimale. C’est ce à quoi va s’attacher Laura, qui va proposer dans les prochaines semaines une formation dédiée au « Droit et Réseaux Sociaux ».

Plus de détails dans les jours qui viennent !

Laura Lardy, juriste emarketing et réseaux sociaux

 

 

Laura

Le cas Instagram : peut-on vendre les photos des utilisateurs d’une application mobile ?

Non classé, Outils
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn1Share on Google+3Email this to someone

Changement des conditions d’utilisation d’Instagram, l’impact légal en France

 

 

Changement des conditions d’utilisation d’Instagram

Fin décembre, Instagram annonçait un changement dans ses conditions d’utilisation lui permettant de revendre les photographies publiées par les Utilisateurs de l’Application mobile, notamment à des fins publicitaires. On imagine aisément comment les propriétaires de l’Application en sont arrivés à prendre une telle décision.

 

Les photos des usagers d’Instagram, mine d’or pour l’entreprise

Des millions de photographies prises par les usagers d’Instagram, ils ont voulu monétiser ce trésor, de la manière la plus élémentaire qui soit : en revendant tout simplement les images les plus étonnantes/belles/originales/symboliques… Manifestement sans en avertir leur service juridique, ils ont mis en application cette brillante idée, s’attirant les foudres des utilisateurs de l’Application et provoquant une vague de désinscription.
L’objet de cet article n’est pas d’analyser les retombées en terme de communication de cette annonce : elle est désastreuse, nul besoin de tirer sur l’ambulance ; et le flottement médiatique post-apocalyptique (21/12/12) a sans doute amplifié la portée de cette information, largement reprise par la presse spécialisée, et ce en dépit des excuses présentées par Kevin Systrom, co-fondateur de l’Application.

 

Pourquoi il est légalement impossible en France de revendre les photos prises par des utilisateurs d’une application ?

La cession globale des œuvres futures est nulle
Article L131-1 du code de la propriété intellectuelle.

Dès lors qu’une œuvre est dite « originale », autrement dit, qu’elle reflète la personnalité de son auteur par son cadrage, son sujet, sa composition, son éclairage, bref, qu’elle a une essence artistique, elle est protégée par les dispositions du code de la propriété intellectuelle.

Celui-ci prévoit notamment qu’il est impossible de prévoir contractuellement à l’avance et de manière globale qu’une œuvre, en l’occurrence une photographie, puisse être vendue avant même sa réalisation, sa conception.
Par conséquent mettre une disposition générale dans ses CGU du type « toutes les créations photographiques produites par les Utilisateurs de l’Application seront susceptibles d’être vendues à des tiers » est illégal.
Ainsi, si Instagram désire revendre une photographie protégée par le droit d’auteur, elle devra le faire au cas par cas, en signant un contrat de cession de droit d’auteur pour chacune des œuvres cédées.

Le droit à l’image – Outre le problème posé par la question des droits d’auteur, il ne faut pas oublier les droits du modèle de la photographie.

Dès lors qu’une personne est le sujet principal d’une photographie, son image ne peut être exploitée à des fins commerciales sans son consentement ou celui de ses représentants légaux.
Si Instagram désire utiliser l’image d’un modèle pour illustrer sa marque, elle devra signer un contrat de cession de droit à l’image avec cette dernière précisant avec exactitude pour quelle durée, sur quels supports, dans quel cadre cette cession pourra intervenir.
Le respect de l’œuvre des tiers
Article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle

Les utilisateurs d’Instagram mitraillent toute la beauté du monde, et les créations artistiques en font partie. Elles sont un sujet de prédilection de ces photographes mobiles.
Cependant, une fois de plus, impossible de reproduire l’image d’une œuvre sans le consentement de son créateur ou de ses ayants droits ; et même avec l’accord de ce dernier (ou si l’œuvre est tombée dans le domaine public) il est toujours obligatoire de mentionner le nom de l’artiste et veiller à ce que la prise photographique ne porte pas atteinte à l’intégrité de l’œuvre.
En cela le cas d’Instagram est intéressant puisque les filtres photographiques engendrent une modification de la perception de l’œuvre, à savoir si ces modifications sont « susceptibles de porter atteinte à l’intégrité de l’œuvre », il appartiendra au juge d’en décider.

Pierre

3 nouveaux Social Media Strategist

Formation, Non classé
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Email this to someone

Félicitations aux trois nouveaux stagiaires de la session de Paris en décembre 2012, qui ont passé avec succès les étapes pour être titrés Social Media Strategist par la Medias Sociaux Academy !

Des profils différents qui ont fait la richesse de cette session : Renaud Frisé, communication et marketing manager aguerri, Karen Hugé – spécialiste de la gestion de réseaux d’entreprise, et Emmanuelle Mousset issue de Galec – Leclerc et responsable de la ‘customer intelligence’

Bravo à vous trois pour votre travail soutenu sur le cas concret de Castorama, et surtout pour votre bonne humeur et rigueur dans vos travaux !

[table id=2 /]

Pierre Miceli

La publication Facebook de BNP Paribas qui tourne mal

banque, bnp paribas, facebook
La publication Facebook de BNP Paribas qui tourne mal
Partager...
Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0Share on Google+0Email this to someone

Les banques sont sur Facebook. L’espace a été investi depuis plusieurs trimestres maintenant, et certaines banques affichent de nombreux fans. Etre fan d’une banque peut paraître un peu difficile à comprendre ces derniers temps, mais cela existe !

Le nombre de fans est très disparate en fonction de l’établissement bancaire, et les pages ayant le plus de fans ne sont pas forcément celles appartenant aux banques les plus importantes. Quelques exemples

Mon esprit critique a été interpellé ces derniers jours lorsque je suis tombé sur une publication de BNP Paribas. Cette publication est dite « sponsorisée », c’est à dire que BNP Paribas paye pour qu’elle apparaisse dans le fil d’actualités des amis des fans de la page.

La page ayant plus de 220 000 fans, les amis des fans sont donc potentiellement très nombreux. Le problème d’une publication sponsorisée est que celle-ci s’affiche dans votre fil d’actualité, au milieu de celles de vos amis même si vous n’êtes pas fan de la page. Cela peut être apprécié en fonction de la publication, mais il semble que nos concitoyens, donc amis des fans de BNP Paribas, ne l’aient pas été.

Enorme surprise de la part de ces personnes de voir cette publication publicitaire envahir leur fil d’actualités. Le ton a été dès le départ très agressif, comme si les amis des fans de BNP Paribas défendaient leur territoire, pris par surprise par une banque en cette fin d’année.

Sur la publication présentée ci dessous, près de 1000 personnes ont cliqué sur j’aime. 213 commentaires ont été faits et une 20 aine de partages. Les commentaires valent le coup d’oeil ! C’est du direct, du cash !

Conclusion rapide :

  • la publication sponsorisée peut etre envahissante et doit etre utilisée avec parcimonie de la part d’annonceurs
  • La publication elle même, qui dans ce cas précis est liée à un service potentiellement intéressant pour le client, doit etre présentée de manière moins institutionnelle !
  • Plus d’humour, plus de visuel
  • Moins de slogan et d’accroche commerciale, dommage car la période d’achat de Noel / soldes de janvier tombait à pic pour ce genre de publication
  • Lorsqu’on réalise une publication sponsorisée de ce type, mettez vous à la place des amis des fans qui n’ont jamais liké la page et qui se retouvent avec cette pub. Posez vous les bonnes questions : est trop intrusif ? trop publicitaire ? y a t il une vraie valeur ajoutée dans mon message ?

Toujours plus facile à dire qu’à faire, mais je le dis quand même :-)

La publication :

Quelques commentaires :